Avec 139 heures de soleil, soit un bonus de 54 heures par rapport à la normale, le mois de décembre 2013 est marqué par un ensoleillement exceptionnel. «C’est même le mois de décembre le plus ensoleillé depuis le début des mesures (le record précédent était détenu par le mois de décembre 1989)», précise Pascal Boureau, technicien à Météo France.

La présence de conditions anticycloniques durables a certes permis de bénéficier de nombreuses journées ponctuées de belles plages ensoleillées, mais les brouillards ont été fréquents: 16 jours avec des brouillards matinaux, alors que la moyenne de décembre n’est que de 7 jours. Sur l’ensemble du mois, les pluies ont également été très faibles : 45 litres par mètre carré à Saint-Gaudens et 27 litres à Muret et Toulouse, soit 2 fois moins que la normale. Quant aux températures, avec une moyenne de 2,7°C pour les minimales et de 10,9°C pour les maximales, elles se sont situées à un niveau très légérement supérieur aux valeurs de saison. Pourtant, le début du mois a été particulièrement froid, avec de fréquentes gelées matinales et des températures maximales autour de 5°C. Puis dès le 10 décembre, la douceur s’est installée durablement avec des températures souvent comprises entre 12 et 15°C au cœur de l’après-midi.

L'année 2013 à en Haute-Garonne: très arrosée !
Avec une moyenne de 9,4°C pour les valeurs minimales et de 17,9°C pour les maximales, cette année 2013 se sera placée à un niveau rigoureusement conforme à la norme pour les températures. Après un printemps froid et pluvieux, avec d’abondantes chutes de neige en montagne, le beau temps et la chaleur sont arrivés au mois de juillet et la deuxième partie de l’année s’est déroulée dans la douceur, malgré une période de froid précoce au mois de novembre. Le nombre de jours avec gelée est de 31, soit exactement la valeur moyenne de ces trente dernières années.

Les précipitations de l’année auront été importantes, avec un cumul de 739 litres par mètre carré à Blagnac, soit 100 litres de plus que la normale, et de 789 litres à Francazal. Mais c’est sur le piémont pyrénéen que l’on a constaté les cumuls les plus abondants, avec 1075 litres à Saint-Gaudens et 1450 litres à Luchon, soit les valeurs les plus élevées depuis le début des observations en 1950.

L’événement majeur de cette année météorologique est justement lié aux précipitations : un épisode pluvieux intense a frappé les Pyrénées les 17 et 18 juin avec des cumuls supérieurs à 200 litres d’eau par mètre carré en 36 heures dans les refuges du Maupas et d’Espingo. Ces pluies diluviennes, associées à une fonte nivale généralisée, ont provoqué une crue brutale de tous les cours d’eau. Les torrents et les rivières en furie ont alors tout dévasté sur leur passage et causé des dégâts considérables dans les vallées encaissées du bassin de la Garonne et de la Pique.

Source : http://www.ladepeche.fr/article/2014/01/01/1785776-annee-acheve-mois-decembre-plus-chaud-histoire-meteo.html